BRIGHT BRUSSELS FESTIVAL

Bruxelles - 22 et 23/02/2018

A défaut de feux d'artifices, l'hiver 2017-2018 aura été bien rempli en termes d'événements "lumineux". Après la célèbre Fête des Lumières à Lyon, le show mapping sur la Grand-place de Bruxelles, et le Lichtfestival à Gent, c'est au tour de Bruxelles de se parer de 1000 feux à l'occasion de la deuxième édition du Bright Brussels Festival.

Premier constat : il semble qu'il y ait une réelle ambition d'en faire un événement assez important. On est encore très loin de Lyon ou de Gent en terme de grandeur, mais comparé aux 500m sur le seul quai des péniches lors de l'édition 2017, il y avait un très net progrès, puisque cette deuxième édition s'étirait sur un parcours d'environ 2km, allant de l'ancien garage Citroën jusqu'au quartier Dansaert. Dans plusieurs rues, les lampadaires avaient été recouverts de gélatines rouges, comme à Lyon, afin de donner une ambiance un peu plus sombre et différente de l'éclairage public habituel, un gros point positif également. Au niveau des installations, il y en avait un peu plus que l'année précédente, et la plupart d'entre elles étaient très réussies.

C'est en tout cas très réjouissant de voir que l'événement évolue dans le bon sens, et cela me fait d'ailleurs penser que si la prochaine édition des Feux de Laeken suit la même courbe de progression, on pourrait avoir un événement pyrotechnique très intéressant pendant l'été. Je croise les doigts !

Malgré le fait que le parcours ne soit pas encore si long que ça, j'y aurai quand même passé deux soirées, avec un appareil différent chaque soir. A la différence de Lyon et de Gent, cette fois ce n'était pas la pluie qui était contraignante, mais bien un froid bien mordant, surtout pour les mains (car prendre des photos avec des gants, ce n'est pas ce qu'il y a de plus pratique...)

Première étape du parcours à l'intérieur de l'ancien garage Citroën, dans lequel trônait une énorme pyramide de lumière renversée, dont les tubes qui la composaient clignotaient sur fond musique d'ambiance apocalyptique à un volume relativement fort. Tout autour, des sortes de gros coussins étaient disposés sur le sol, sur lesquels les gens pouvaient s'installer pour contempler l'oeuvre. Il est vrai que c'était très captivant à regarder, limite hypnotique, je suis d'ailleurs resté pas mal de temps. Un très bon début !

Jeux de lumières au moyen de tiges LEDS sur la façade de l'ancien garage Citroën, en passe de devenir un musée. Un peu dommage qu'il n'y avait pas de musique ou d'effets sonores en accompagnement, il fallait se contenter du bruit de la circulation tout autour.

Le parcours continue sur une où l'on pouvait admirer des sortes d'aurores boréales, réalisées au moyen de faisceaux lasers et de machines à fumée. Une idée finalement assez simple, mais vraiment superbe ! Et ça ne se limitait pas à cette rue, puisqu'il y avait encore un autre faisceau laser plus loin, dans un parc cette fois. Encore une installation dont j'ai profité pendant pas mal de temps.

Une installation arrivant tout droit de la Fête des Lumières de Lyon, composée de tiges à LEDS dont la hauteur et/ou l'intensité variait en fonction des mouvements de la main d'une personne du public devant un capteur. Je ne me suis pas attardé étant donné que j'avais déjà vu cette installation deux mois plus tôt. L'oeuvre en elle-même est très sympa, par contre le cadre n'était pas spécialement remarquable, c'était sur une place, sans rien tout autour, on aurait dit que ça avait été placé un peu n'importe où à un endroit où ça ne dérangeait pas.

Le bassin du Marché aux Poissons, envahi par des dizaines de ... poissons argentés virevoltant dans les airs ! Il manquait juste la musique du Grand Bleu et ça aurait été parfait !

Alerte !! Manneken Pis s'est échappé de sa fontaine, et il a bien grandi !

Incontournable dans ce genre de manifestaion (bien qu'il n'y en avait pas en 2017), un spectacle de vidéo-mapping, sur la façade d'une église. Le show mettait en scène une invasion de fleurs et de plantes, dans une ambiance assez psychédélique très "flower power". Habituellement dans ce genre de show, les projections suivent les formes du bâtiment et sont donc souvent très "rectilignes". Ce n'était pas spécialement le cas ici, du moins c'était assez différent de ce qu'on a l'habitude de voir. Ca avait un côté peut-être un peu moins "travaillé", mais l'originalité y était. A nouveau, j'y ai passé pas mal de temps, en prenant des photos depuis plusieurs endroits.

Une autre installation très réussie sur la place du Marché aux Poissons : une enfilade de 20 carrés lumineux, formant une sorte de tunnel. Visiblement le public avait la possibilité d'interagir avec les effets lumineux, mais c'est surtout à l'autre bout que la vue était la plus belle, pour peu qu'il n'y ait personne dans le champ (je me félicite d'avoir pris ces photos le premier soir lorsqu'il n'y avait pas trop de monde, car le soir suivant, les gens n'arrêtaient pas de passer au milieu pour prendre des selfies...)

Un bout de rue avec un éclairage revisité, placé dans les arbres. Le violet était original, par contre j'étais moins fan du choix de la couleur orange, qui fait toujours trop penser à l'éclairage public traditionnel.

Après les poissons argentés, place aux ballons gonflés à l'hélium, et éclairés de l'intérieur, bougeant aléatoirement au gré du vent et clignotant selon des séquence pré-définies sur fond de musique électro un peu abstraite. Une fois de plus, c'était original et très réussi, et ça me faisait penser à une variante d'une installation que j'avais déjà vu à Lyon 2 mois avant (ainsi qu'à Gent en 2015), à la différence près qu'il s'agissait alors de boules fixes placées au sol.

Dernière installation du parcours, un peu moins spectaculaire mais pas moins intéressante : une sculpture de lumière formée de 3 grands prismes pyramidaux à travers lesquels étaient projetés des motifs géométriques.

Et pour terminer, la traditionnelle vidéo "best-of" :