VOYAGE ORLANDO - MAGIC KINGDOM

05-10-2004

> Introduction
> Islands of Adventure
> Universal Studios Florida
> Disney MGM Studios
> Blizzard Beach
> EPCOT
> Typhoon Lagoon
> SeaWorld Orlando
> Magic Kingdom
> Busch Gardens Tampa (+ Old Town)
> Animal Kingdom
> Feu d'artifice MNSSHP
> Wet'n Wild
> Downtown Disney
> Magic Kingdom + épilogue

Pour ce 7° jour, en route pour le parc le plus visité du monde : le Magic Kingdom, le parc-phare de Walt Disney World, symbolisé par l'imposant chateau, celui-là même que l'on peut voir dans les jingles d'introduction des films produits par Disney. Arrivé au Ticket & Transportation Center, je prends le monorail qui conduit jusqu'à l'entrée du parc. Avec le bateau, ce sont les seuls moyens de s'y rendre, car le parc et le parking sont séparés par un lac d'au moins 1km. A mi-chemin, le monorail passe littéralement à l'intérieur de l'hôtel "Contemporary Resort", juste au-dessus du restaurant, c'est assez original. De l'extérieur cet hôtel est assez moche par contre, avec ses allures de gros paquebot tout en béton, en forme de trapèze, dans lequel on reconnaît la vision du futur des années 60-70. C'est un peu paradoxal d'ailleurs de voir cet hôtel à cet endroit, car le Magic Kingdom est volontairement isolé de tout, même du parking, et ils ont été construire cet horrible bâtiment presque juste à côté, on l'aperçoit d'ailleurs assez bien depuis le hub central du parc, et il fait un peu tache dans le paysage.

Le Magic Kingdom est le parc qui ressemble le plus au premier parc de Disneyland Paris (DLP en abrégé), vu que tous les "Magic Kingdom" des différents resorts Disney dans le monde sont calqués plus ou moins sur le même modèle. Je ferai d'ailleurs souvent référence à notre homologue européen pour comparer les 2.

L'entrée du parc est beaucoup moins imposante que celle de Paris, étant donné qu'il n'y a pas de grand hôtel. Elle se trouve légèrement surélevée par rapport au niveau du lac devant, le parc étant en effet construit "au premier étage", au-dessus d'un gigantesque réseau de galeries souterraines permettant aux employés de se déplacer partout dans le parc sans être vus des visiteurs. Il y a déjà pas mal de monde à l'entrée, on voit bien que c'est le parc le plus fréquenté, d'ailleurs c'est celui où il y aura toujours le plus de file comparé aux autres parcs. Une fois passé l'entrée, on débouche sur "Town Square" et "Main Street", dont une grande majorité des bâtiments sont identiques à ceux de DLP, à quelques détails près.

Je me dirige vers "Frontierland", qui se trouve dans le fond du parc ("Frontierland" et "Adventureland" étant inversés par rapport à Paris). Les bâtiments sont similaires à ceux de DLP, mais la théma et le côté immersif sont un peu moins poussés.

La première attraction majeure de cette zone est "Splash Mountain", un parcours aquatique en bûches, que les fans du resort parisien envient depuis des années. Depuis l'allée, on ne voit qu'une partie de la chute finale de l'attraction, incrustée dans les rochers, d'une couleur tirant fortement vers l'orange, c'est assez spécial. J'ai bien fait de venir ici dès mon arrivée au parc, il n'y a pour l'instant que 5 minutes de file (contre 10x plus en fin de journée). Le quai est très bien thématisé, entouré d'énormes parois rocheuses, mais avec une grande ouverture sur le ciel.

La première partie alterne 2 lifts intérieur, et parcours à l'extérieur, autour de la montagne. Vient alors une première petite chute, à la suite de quoi on entame la partie "darkride" de l'attraction, située dans un grand bâtiment à l'arrière de la montagne, totalement invisible depuis les allées, ou depuis l'attraction en elle-même.

Les décors sont vraiment superbes, on évolue au milieu d'une forêt, dont le feuillage assez dense masque très bien le plafond et la plupart des spots, et il y a pleins d'animatronics un peu partout. On continue ensuite dans un décor de grottes et de mine, avec 2 petites chutes, dont la première est assez surprenante quand on ne connaît pas. On entame alors un long lift, au sommet duquel on ressort de la montagne, et c'est la grande chute, qui passe sous l'allée se trouvant devant l'attraction. Depuis l'allée, ça n'a l'air de rien vu qu'on ne voit pas l'intégralité, mais quand on est tout au-dessus, la chute est plus haute qu'elle n'en a l'air ! On n'est pas énormément mouillé par contre, juste quelques éclaboussures.

Et ce n'est pas encore tout à fait fini, puisqu'après être repassé une fois sous l'allée, on re-rentre une dernière fois dans la montagne pour une dernière scène, avant de rejoindre le quai. Seul petit bémol de cette dernière scène : en levant les yeux, on peut très nettement voir des grandes vitres, derrière lesquelles passe le train qui fait le tour du parc. Elles pourraient être un peu plus masquées, par exemple avec des branches d'arbres en guise de contours de fenêtres. Bon ok, je chipote, c'est juste pour trouver un petit point négatif ! Et c'est bien le seul que j'ai trouvé d'ailleurs, mais c'est vraiment un détail insignifiant par rapport à la qualité d l'attraction, qui dure tout de même plus de 10 minutes ! Bref, les avis que j'avais lus avant de partir sont bel et bien fondés : cette attraction est vraiment un must !

A quelques dizaines de mètres de là, on trouve "Big Thunder Mountain", le célèbre train de la mine, dont l'aspect extérieur est très différent de celui de Paris, autant dans l'apparence des rochers (qui paraissent un peu moins réalistes) que dans le type de végétation tout autour, un peu plus "exotique". Autre grosse différece également : l'attraction ne se situe pas sur une île, comme c'est le cas à Paris. La file d'attente se trouve en surplomb sur un petit talus de rochers et de cactus, et est moins bien thématisée qu'à Paris, il n'y a pas toutes ces petites décorations suspendues au plafond.

Après 15 minutes de file, j'accède au quai à double voie. Les principales différences dans le parcours se situent au tout début et à la fin, étant donné qu'ici, le train ne doit pas plonger sous le lac pour rejoindre la montagne ou inversément. Dans la dernière partie, au lieu d'un long tunnel comme à Paris, le train passe au milieu de petits geysers, mais c'est assez dommage qu'il perde pas mal de vitesse sur ce tout dernier tronçon, on dirait qu'il a presque du mal à aller jusqu'au bout. A ce niveau-là, la fin du parcours est beaucoup mieux chez nous. Pour le reste, globalement le parcours est idnetique, à quelques petits détails près.

Dans l'ensemble, la version parisienne est un peu meilleure, aussi bien au niveau du parcours que des décors. Ceci dit cette version-ci reste tout de même du grand art en matière de thématisation, et sachant que l'attraction a ouvert en 1980 (soit 12 ans avant son homologue européenne), il faut rester indulgent !

Changement de décor pour suivre, dans la zone "Adventureland". C'est un peu dommage qu'il n'y ait pas de réelle séparation avec Frontierland, on passe de l'un à l'autre en remarquant le style architectural qui change en l'espace de quelques mètres, sans réelle cohérence. La zone comprend notamment le célèbre darkride "Pirates Of The Carribean". L'entrée est moins impressionnante qu'à Paris, pas de grosse forteresse ici, mais juste un petit parvis avec une sorte de clocher, s'intégrant avec les autres bâtiments tout autour, dans un style espagnol d'Amérique du sud.

La file commence par un série de lacets sous ce porche, ceux-ci font bien 3m de large mais mais les gens sont très respectueux et restent bien en file indienne sans essayer de dépasser tout le monde ! On continue ensuite dans un dédale de couloirs d'une forteresse, puis on arrive au quai, qui est très différent de celui de Paris, puisqu'il se trouve toujours dans un décor de forteresse et non de jungle. Les bateaux arrivent vides, par un petit tunnel à peine plus haut que leur hauteur, on dirait un peu une imprimante à bateaux !

Certaines scènes sont différentes par rapport à l'attraction parisienne, surtout le début, qui commence dans un décor de grotte, avec notamment une scène où l'on voit un squelette appuyé au gouvernail de son bateau, naviguant en pleine tempête. S'ensuit un court passage dans le noir, et une petite chute, débouchant dans une grande salle dans laquelle un bateau pirate attaque la forteresse. A partir de là, c'est plus ou moins identique à la version parisienne, avec beaucoup d'animatronics un peu partout. L'éclairage des décors est parfois assez faible (notamment dans la salle où le bateau attaque la fortesse), mais ce n'est pas plus mal, ça fait plus réaliste, et au moins on ne distingue absolument pas le plafond (contrairement à Paris), on a vraiment l'impression d'être en pleine nuit.

A noter qu'il n'y a pas de lift avant la chute, le reste du parcours se fait donc bien en-dessous du niveau du sol, et les bateaux doivent remonter juste après le quai de débarquement. La sortie se fait donc par un grand escalator, ou plutôt un grand tapis roulant incliné, dans un long couloir pas du tout thématisé. C'est dommage, car ça casse un peu le côté immersif, mais c'est vraiment le seul point négatif de l'attraction.

Autre grosse attraction majeure de cette partie du parc : "Jungle Cruise". Mais voyant qu'il y a 35 minutes de file, je reviendrai plus tard. En attendant, je pars explorer le "Robinson Swiss Family Treehouse", très similaire à ce qu'on a à DLP : un arbre géant dans lequel sont construites des petites cabanes reliées par tout un réseau de passerelles et d'escaliers. Depuis l'allée, l'arbre paraît moins imposant que son homologue parisien, et est moins mis en valeur, probablement parcequ'il se fond beaucoup plus dans l'abondante végétation exotique qu'il y a tout autour.

Le reste d'Adventureland est assez joli, bien que ça manque d'un peu de cohérence dans les décors : outre la partie à l'architecture évoquant l'Amérique du Sud, un peu plus loin on retrouve des bâtiments faisant penser à des îles de la Polynésie (abritant "The Enchanted Tiki Room", un show de perroquets animatronic que je n'ai pas été voir), et juste à côté d'autres bâtiments dans un style plus Moyen-Orient. Et en plein milieu de tout ça, il y a un petit passage avec des toilettes, qui communique directement avec Frontierland juste derrière, c'est assez bizarre aussi, mais ça fait un petit raccourci.

J'en profite pour aller vers "Liberty Square", une petite zone évoquant une ville durant la révolution américaine, qui se trouve juste dans le prolongement de Frontierland (ce qui, contrairement à Adventureland, n'est pas spécialement choquant vu que le style architectural est beaucoup plus proche). C'est dans cette zone que se trouve "Haunted Mansion". Bien qu'il s'agisse de la même attraction, de l'extérieur ça n'a rien à voir avec le "Phantom Manor" de DLP. Celui d'ici ressemble plus à un gros manoir anglais. La file est moins belle qu'à Paris, elle se compose essentiellement d'une longue ligne toute droite qui longe le manoir, et il n'y a pas de musique, juste quelques cris de loups en guise d'ambiance de fond.

A l'intérieur, on retrouve les "stretch-rooms", puis on traverse un couloir aux tapisseries assez kitsch, faiblement illuminé par des lustres très poussiéreux. Mis à part 2-3 scènes identiques à la version de DLP (la tête dans la boule de cristal, le couloir sans fin et les poignées de portes qui claquent toutes seules, ou encore les fantômes dansant dans la salle à manger), le reste est fort différent. Au début tout d'abord, où on passe d'abord dans une bibliothèque, dans laquelle des bustes de statues nous suivent du regard, l'illusion d'optique est vraiment bien faite. Il y a également une salle avec un labyrinthe d'escaliers "impossibles", ou encore une petite pièce avec deux araignées géantes sur leur toile (dommage qu'elles ne bougent pas par contre).

La fin deuxième moitié du parcours est également complètement différente. On rentre d'abord dans un grenier, où plusieurs petits spectres sortent de partout en hurlant "aaaaaaaah" ! On voit bien que les effets ne datent pas d'hier, mais c'est plutôt rigolo en fait, et ça surprend assez bien la première fois ! Vient ensuite la plus grande salle du ride : le cimetierre. Celui-ci regorge de spectres et de fantômes, et on retrouve également les bustes de statues qui chantent "Grim Grinning Ghost", comme à Paris. On perçoit assez mal la musique en revanche, car il y a plein de bruitages partout, ce qui forme une vraie cacophonie, c'est un peu dommage.

A noter que mis à part cette dernière scène dans le cimetierre, le reste du parcours est accompagné du même thème musical qu'à Paris, mais dans une version beaucoup moins symphonique. Ici la mélodie est jouée par un orgue seul, dans des notes très graves, ce qui donne un petit côté "vintage" et beaucoup plus lugubre.

C'est une très bonne attraction dans l'ensemble. La plupart des gens ne verront sans doute pas la différence avec la version parisienne, mais pourtant il y en a beaucoup.

Je me dirige ensuite vers la zone "Fantasyland", située à l'arrière du chateau. Au niveau visuel, ça ne ressemble en rien au Fantasyland de DLP. Celui-ci paraît un peu plus "intime", moins vaste qu'à Paris. On est plongé dans ce qui ressemble à un petit village médiéval, avec forcément une touche "fantasy". C'est assez coloré, bien que les couleurs utilisées donnent un aspect un peu "froid". Contrairement à Paris, il n'y a pas beaucoup de verdure, c'est un peu dommage, ça pourrait justement donner un aspect un peu plus chaleureux. Outre les petites maisons à colombages, très jolies, les façades des attractions sont assez "brutes" et très rectilignes, sans beaucoup de fioritures. Ceci dit, leur aspect est identique aux murs du chateau central, ce qui donne une cohérence à l'ensemble.

A noter que sur tout la partie droite du land, il y a une longue palissade, devant l'ancien site de l'attraction "20.000 Leagues Under The Sea". Des travaux sont en cours derrière, je ne sais pas ce qu'il est prévu mais en tout cas ce n'est pas la place qui manque.

Au niveau des attractions, on la zone comprend de nombreux darkrides, le plus grand d'entre eux étant "It's A Small World", la célèbre attractions "des poupées", fermée pour travaux jusque 2005. Au moins je n'aurai pas sa musique horripilante en tête ! Juste en face, il y a "Peter Pan's Flight", que je ne ferai pas au final car la file est toujours assez longue (comme à DLP), et à priori l'attraction est similaire à celle de Paris. En parlant de longue file, c'est le cas aussi pour le darkride "The Many Adventures of Winnie The Pooh", je repasserai donc plus tard. Seul "Snow White's Scary Adventures" n'a que 5 minutes de file, allons-y donc. C'est un petit darkride, le même qu'à DLP, les décors sont sympas sans être exceptionnels non plus.

Outre les différents darkrides, on trouve également à l'arrière du chateau le cinéma 4D "Mickey's Philharmagic", l'attraction la plus récente du parc. Par chance, j'arrive juste au moment où les portes s'ouvrent, et je peux donc rentrer sans aucune attente. La salle est relativement sobre mais jolie, avec à l'avant un grand rideau rouge entouré d'une arcade dorée sur laquelle sont dessinés divers instruments d'orchestre. Au lever le rideau, le film commence, mettant en scène Donald, qui veut prendre la place de Mickey pour diriger un orchestre symphonique, mais il a besoin de son chapeau, qui échappe sans arrêt. Le film explore plusieurs grands classiques de Disney, entre autres "Le Roi Lion", "Fantasia", ou encore "Aladdin".

Peu après le début du film, la grande arcade dorée disparaît mystérieusement, et les rideaux situés sur les côtés de la salle s'ouvrent, dévoilant ainsi un gigantesque écran hémisphérique, assez impressionnant ettrès immersif de par sa taille. Les effets 3D sont un pur régal, quant aux effets 4D, on a droit aux effets classiques d'eau, de vibrations et de vent, avec des souffleries très silencieuses pour une fois, ainsi que divers jeux de lumières. Et il y a également un effet que je n'avais encore jamais expérimenté ailleurs, basé sur l'odorat ! A un certain moment, on voit des gâteaux dans le film, et on reçoit une bouffée d'air parfumée. Bon ça ne sent pas vraiment le gâteau, mais disons que c'est une odeur très agréable, de quelque chose qu'on aurait envie de manger si on l'avait devant soi ! Un peu comme la plasticine quand j'étais petit !

Vers la fin du film, l'arcade réapparaît subitement autour de la partie centrale de l'écran, on ne sait pas trop d'où elle sort ni où elle était cachée durant le reste du film (dans le plafond je pense, même si ça paraît difficile à imaginer vu sa taille). Mickey reprend le contrôle de son orchestre, Donald tombe dans un trombonne, celui-ci se met à jouer, et Donald est expulsé vers le public. Avec la 3D, on a vraiment l'impression qu'il traverse la salle. Et tandis que le rideau se ferme, on peut apercevoir Donald, encastré dans le mur du fond, gesticulant pour essayer de se dégager. L'effet est assez drôle, et franchement très bien fait.

C'est en tout cas un des meilleurs films 4D que j'ai pu voir, il surpasse vraiment tous les autres !

Un petit tour tout autour du chateau pour suivre, qui est incontestablement beaucoup plus imposant que celui de Paris, mais moins beau dans l'ensemble. Ses couleurs sont un peu tristes, et il a peut-être un côté moins "fantasy" (enfin, tout est relatif). De derrière, ça ressemble fort à une grosse cathédrale, avec pleins de vitraux. Quant à l'intérieur, là c'est très décevant étant donné qu'il n'y a rien, juste un couloir voûté qui traverse le chateau d'un bout à l'autre, sans aucune impression de hauteur, c'est vraiment dommage.

Petit retour à Adventureland pour suivre, afin de faire "Jungle Cruise". Il y a toujours 25 minutes de file, mais tant pis. L'attraction consiste en une balade en bateau d'une dizaine de minutes à travers la jungle. Le parcours est agrémenté de cascades, décors de temples asiatiques, et de nombreux animaux exotiques en animatronics. Dans l'ensemble c'est sympa, même si le thème est finalement assez banal. On voit que certains animaux ne datent pas d'hier, ce ne sont certainement pas les animatronics les plus réalistes, mais en comparaison avec beaucoup d'autres parcs, ça reste une bonne attraction.

Changement radical de décor et d'ambiance, avec la visite de la dernière zone du parc : "Tomorrowland", dont on aperçoit déjà quelques bâtiments depuis le hub central devant le château, et on ne peut pas dire que ceux-ci soient vraiment beaux. L'entrée du land n'est pas trop mal, avec un look assez futuriste, bien que les couleurs soient un peu tristes, il y a beaucoup de gris. Par contre pour le reste du land, qui est construit autour du manège "Astro Orbiter" trônant à quelques mètres au-dessus du sol, on voit que la vision du futur des années 60-70 a assez mal vieilli, autant au niveau de l'architecture qu'au niveau des couleurs.

Au bout de la première allée, on trouve sur la gauche l'entrée de la nouvelle attraction "Stitch Great Escape", qui malheureusement n'ouvrira ses portes que quelques semaines plus tard. Juste en face, on trouve "Buzz Lightyear", un darkride interactif sur le thème de l'espace, dans lequel on doit tirer sur une multitude d'aliens et autres robots. Il n'y a que 10 minutes de file, l'attraction ayant un très bon débit grâce au long train continu, un peu comme dans Haunted Mansion.

Les décors ont un style très "cartoon", tout est en fluo partout, avec des couleurs sont très flashantes. Les pistolets lasers sont énormes, on dirait un peu des gros jouets Fisher-Price ! Les cibles sont représentées par des gros "Z", elles sont bien mises en évidence en général (beaucoup plus que dans "Men in Black" à Universal Studios par exemple), par contre le faisceau laser lui, est relativement fin, donc il faut bien viser quand même. Ce n'est pas toujours évident, car les pistolets sont fixés au véhicule. On peut les incliner un peu dans tous les sens mais on ne peut pas les détacher, ce qui n'est pas très pratique au final. Pour compenser cela, il y a une petite manette qui permet de faire tournoyer le siège sur lui-même, c'est assez cool.

Vers la fin du parcours, il y a un passage assez sympa : un long tunnel noir avec un plafond courbé sur lequel sont projetées pleins d'étoiles filantes fonçant à toute vitesse dans le sens opposé à celui dans lequel on avance, ce qui donne l'impression qu'on avance très vite, alors que ce n'est pas du tout le cas évidemment.

Je poursuis ma visite du land avec "Carousel of Progress". Il s'agit d'une grande salle circulaire qui tourne sur elle-même, et au milieu de laquelle sont représentées 4 scènes de la vie quotidienne, de 1900 jusqu'à nos jours. Les personnages sont chaque fois les mêmes, mais le décor de la maison varie à chaque époque, et on peut suivre l'évolution des progrès technologiques ayant investi les foyers au fil des années. C'est typiquement le genre d'attraction qu'on aurait pu retrouver à EPCOT. Ce n'est pas l'attraction du siècle, mais c'est tout de même assez sympa à faire si on a le temps, et les animatronics sont très bien faits, notamment le chien, parfois on se demande même si ce n'est pas un vrai.

L'attraction-phare du land est bien sûr le "Space Mountain", une montagne russe indoor, mais qui n'a absolument rien à voir avec son homologue parisien. Déjà visuellement depuis l'extérieur, il est complètement différent, tout en blanc, celui de Paris est clairement 1000 fois plus beau. Il y a 20 minutes de file, majoritairement dans un très long couloir un peu futuriste, qui traverse le dôme afin de rejoindre les 2 deux quais d'embarquement. Il y a en effet deux circuits, que sont à priori symétriques. Les trains ont un look très "vintage", et sont composés de 2 véhicules de 3 personnes, en blanc et bleu clair, dans lesquels on est assis très bas, à ras du sol, avec une lap-bar assez inconfortable.

Le train s'engage tout d'abord dans un long tunnel plat, avec tout autour des lumières bleues clignotant dans le sens inverse de la marche, ce qui donne une impression de vitesse. Vient ensuite le lift, qui est assez long mine de rien. Une fois arrivé au sommet, on voit tout le plafond du dôme, sur lequel sont projetées des milliers d'étoiles (comme dans un grand planétarium et un peu comme dans Spaceship Earth à EPCOT). Le dôme paraît en tout cas bien plus grand de l'intérieur que de l'extérieur.

Le parcours est composé de virages assez serrés et de petites chutes brutales, et étant donné la position dans laquelle on se trouve dans les trains, en plus de la lap-bar, c'est assez inconfortable. Contrairement à Paris il n'y a pas de musique, on n'entend que le bruit des trains et des gens qui crient. Pas de décors spécifiques non plus, par contre on devine toute l'énorme structure métallique autour de nous, et sur laquelle sont également projetées pleins d'étoiles. Néanmoins, c'est quand même parfois difficile d'anticiper le parcours, qui est par ailleurs relativement long, beaucoup plus que ce à quoi je m'attendais.

Pour sortir de l'attraction, on doit re-traverser tout le dôme sur un tapis roulant (qui n'est pas de trop, car le couloir est vraiment très long). Dans l'ensemble, c'est un coaster dont on voit clairement qu'il est d'un autre âge (ouvert en 1975, donc quasiment 30 ans tout de même !), une réhab complète ne ferait pas de tort. Ceci dit, le côté "vintage", donne quand même un côté assez amusant au final, même si c'est un peu brusque par moments. En fait au niveau des sensations, ça ressemble plus à une montagne russe de foire, en plus long. Dommage qu'il n'y ait pas de musique, et que l'attraction ne soit pas très belle en soi. Le quai, le premier tunnel et le lift sont pas mal, avec un côté futuriste encore assez sympa, mais le parcours en lui-même n'est pas glamour pour un sou, et malgré l'obscurité, on devine quand même l'enchevêtrement assez important de supports métalliques tout autour du circuit (l'ensemble devant tout de même être assez compact, vu la longueur).

Je termine ma visite de Tomorrowland avec "Tomorrowland Transit Authority", dont le quai d'embarquement se situe au centre de la zone, à l'étage juste en-dessous du manège Astro Orbiter. Il s'agit d'un petit train qui fait le tour de tous les bâtiments du land, à environ 5m du sol. On passe notamment dans le dôme de Space Mountain, juste entre les deux lifts parallèles, au-dessus des quais, ainsi que sur le bord du dôme en lui-même, à proximité des 2 circuits (dont on ne voit rien vu l'obscurité, on ne distingue que les étoiles sur le plafond). C'est sans doute la seule partie un peu intéressante de l'attraction, le reste étant vraiment sans intérêt, si ce n'est éventuellement pour se reposer un peu, mais on ne peut même pas dire qu'on a une belle vue, puisque le land n'est pas spécialement beau dans l'ensemble.

Une allée fait la jonction entre Tomorrowland et Fantasyland, avec sur la gauche un grand fast-food, et sur la droite l'attraction "Indy Speedway", un circuit de petites voitures électriques avançant assez lentement, semblable à "Autopia à DLP. Je ne l'ai pas faite car ça n'a de l'intérêt que pour les enfants.

Au bout de cette allée, on débouche directement sur le manège des tasses tournoyantes dans Fantasyland, encore une fois il n'y a aucune séparation bien marquée entre les deux lands, c'est un peu dommage. Voyant qu'il y a encore 1h de file pour Winnie The Pooh, je prends un Fastpass pour pouvoir revenir 1h plus tard. En attendant, je refais une fois Pirates of the Carribean et Haunted Mansion, et j'en profite également pour faire un petit tour sur le "Liberty Square Riverboat", un bateau qui fait le tour d'une île et qui permet d'avoir une vue sur l'arrière de Big Thunder Mountain. Mis à part ça il n'y a pas grand chose à voir.

Retour à Fantasyland une dernière fois, afin de faire enfin le darkride "The Many Adventures of Winnie The Pooh", où je devrai quand même encore attendre 20 minutes malgré le Fastpass. On embarque dans des petits véhicules en forme de ruche, et ceux-ci évoluent dans des décors assez sympas, très colorés. Au point de vue de la réalisation, ça ressemble un peu au darkride "Snow White's scary adventures", mais en plus lumineux et plus flashy. Au niveau longueur, c'est à peu près pareil, c'est-à-dire assez court au final. Je m'attendais quand même à ce que ce soit un peu plus long, je n'irais en tout cas pas faire 1h de file pour ça !

La journée commence à toucher à sa fin, et le soleil se couche doucement. Après avoir refait une fois Mickey's Philharmagic et avoir un peu rempli mon estomac, je tente de me rapprocher du hub central pour regarder la parade nocture "Spectromagic". Mais je constate assez rapidement que ça risque d'être mission impossible, étant donné que Main Street et le hub central sont déjà complètement noyés sous une foule très dense. Je vais donc un peu plus loin, à l'entrée de Frontierland, d'où j'ai quand même une vue sur le chateau. C'est un peu étrange de voir une telle parade passer par cette partie du parc, ça ne colle pas vraiment avec le thème mais bon. D'habitude je ne suis pas spécialement fan de ce genre de parade, mais si on fait abstraction des personnages Disney et du côté un peu enfantin, il n'empêche que tous les chars et figurants illuminés sont assez féériques. La parade avancent suffisamment lentement pour que l'on puisse bien tout voir, mais ne s'arrête jamais, et en tout ça dure tout de même une vingtaine de minutes.

Dès la fin de la parade, je retourne vers le hub central, qui commence à se dégager lentement, mais surement, étant donné que pas mal de gens quittent déjà le parc sans rester pour le feu d'artifice. Le château est également entièrement illuminé, et change tout le temps de couleur. Là aussi, ça lui donne un aspect un peu moins triste qu'en journée. Par contre on peut dire que la circulation est vraiment très chaotique, les gens vont dans tous les sens, il y a même des agents qui font la circulation ! Les dizaines - que dis-je, les centaines - de poussettes que les gens laissent bien souvent en plein milieu du chemin sont un véritable fléau, un peu comme s'il y avait un carambolage en pleine heure de pointe sur la principale route d'accès d'une grande ville...

En attendant le feu d'artifice, j'en profite pour refaire un petit tour vers l'entrée de Tomorrowland, qui est bien plus belle la nuit que le jour, beaucoup plus colorée, ça donne un aspect plus futuriste, et beaucoup moins triste.

Il est pile 21h lorsque commence le feu d'artifice "Wishes", tiré derrière le château. Il dure une dizaine de minutes en tout, et tout comme celui d'EPCOT, il est magistralement bien tiré. D'un point de vue artistique, c'est peut-être un des plus beaux feux d'artifice que j'aie pu voir jusqu'ici. Les effets sont parfaitement synchronisés avec la musique, et sont aussi pensés pour être en parfaite symbiose avec l'ambiance créée par la bande-son. De plus, les différents effets sont non seulement très variés tout au long du spectacle, mais aussi très beaux et originaux. Mention spéciale aux bombes en forme d'étoile, dont la silhouette est parfaite ! Certaines bombes sont énormes, et plus généralement elles doivent probablement toutes être d'un calibre assez important, sachant qu'elles sont tirées pas moins de 400m derrière le château.

La musique est parfois bien kitsch, mais il faut avouer qu'avec le chateau illuminé, et les feux en arrière-plan, c'est très féérique, un parfait exemple de la "magie Disney". Et quand on pense que ce feu est tiré presque tous les soirs, on se dit que ça doit couter une petite fortune. Désolé pour les photos, elles sont assez pourries, mais ça donne une petite idée. Il y en aura d'autres dans la dernière partie du trip report, mais pas spécialement meilleures !

Sitôt le feu d'artifice terminé, c'est le gros rush vers la sortie, et qu'on le veuille ou non, on est encore bien obligé de faire la file pour retourner vers le parking ou le Ticket & Transportation Center, soit via le bateau, soit avec le monorail. Heureusement, ces derniers sont assez fréquents, un peu comme des rames de métro aux heures de pointes, la file avance donc assez vite (mais j'ai quand même un peu de mal à imaginer ce que ça doit être en pleine saison lors des jours de grosse affluence...)

Pour conclure, je dirais que pour un visiteur lambda, le Magic Kingdom peut sembler identique, ou du moins très similaire à celui de Disneyland Paris, parfois un peu moins bien, du fait qu'il est beaucoup plus ancien (un peu plus de 20 ans de différence entre les 2). Ceci dit quand on y regarde de plus près, il y a quand même pas mal de différences, que ce soit au niveau de la disposition et l'aménagement en général, au niveau des décors, et même au sein de certaines attractions qui sont pourtant basées sur le même concept (je pense principalement à Space Mountain, Haunted Mansion, et dans une moindre mesure Big Thunder Mountain et Pirates of the Carribean). Et puis il y a tout de même plusieurs attractions plus ou moins importantes qu'on ne retrouve pas (encore) à Paris : Mickey's Philharmagic, Splash Mountain, Jungle Cruise, Buzz Lightyear, ou encore Winnie the Pooh. Sans parler du feu d'artifice quasi quotidien qui est beaucoup plus impressionnant ici.

Les seuls gros points négatifs selon moi sont la thématisation de Tomorrowland en général, qui a assez mal vieilli, ainsi que le manque de séparations entre les certains lands, principalement entre Frontierland et Adventureland, ainsi qu'entre Tomorrowland et Fantasyland.

> Introduction
> Islands of Adventure
> Universal Studios Florida
> Disney MGM Studios
> Blizzard Beach
> EPCOT
> Typhoon Lagoon
> SeaWorld Orlando
> Magic Kingdom
> Busch Gardens Tampa (+ Old Town)
> Animal Kingdom
> Feu d'artifice MNSSHP
> Wet'n Wild
> Downtown Disney
> Magic Kingdom + épilogue