LE GRAND FEU

Saint-Cloud - 09/09/2017

Au lendemain des Masters de feu à Compiègne, c'est au tour du parc de Saint-Cloud de se préparer à son grand embrasement annuel. Les deux événements se complétaient très bien : des feux totalement différents, à 24h d'intervalle, et à seulement quelques dizaines de kilomètres l'un de l'autre. Ce sera incontestablement le plus gros week-end pyro de l'année, de quoi combler les fans de pyro les plus assidus !

Tout comme la majorité des précédentes éditions, le spectacle commence avec une première partie à connotation historique, pendant laquelle les passages parlés entre les différents tableaux évoquaient le déroulement d'une journée ordinaire du roi Louis XIV.

Beaucoup de produits couleur or dans cette première partie, divisée en 7 tableaux, avec un point commun pour les 5 premiers d'entre eux : un "soleil" sur mât au centre du plan d'eau, tantôt très lumineux, tantôt beaucoup moins, avec parfois des effets de couleur en rouge ou vert.

Le premier tableau comprenait principalement des comètes or, ainsi que de très belles bombes kamuro. Le tableau suivant était quant à lui composé de nombreuses gerbes or, bombettes à crépitement, chrysanthèmes or à coeur rouge ou jaune, très sympas et assez longues, ainsi que de nombreuses petites fontaines à la fin.

Après deux tableaux assez monochromes, le suivant était un peu plus coloré, avec des comètes et bombettes de différentes couleurs, suivies par des bombettes à effet crépitant et encore de très belles chrysanthèmes à coeur blanc clignotant.

On revient ensuite à un tableau plus monochrome, composé de crossettes or tirées depuis le centre de la zone de tir de part et d'autre du plan d'eau, et agrémentées de quelques grosses pivoines rouges assez sympas, avec un double effet de crépitement, au centre et sur le pourtour.

Un premier très bel embrasement du site sur le 5° tableau, à l'aide de nombreux bengales clignotant légèrement verdâtres, combinés à des éventails de bombettes rouges se dispersant dans tous les sens. Des bombes feuilles mortes vertes prendront le relais, accompagnés par des fontaines assez lumineuses, avant de terminer par des salves de pivoines rouge clignotant puis blanc clignotant. Ces dernières illuminaient tout le site, et avec la fumée des bengales qui se dégageait depuis les bosquets, ça donnait un très bel effet, un peu comme si on venait d'éteindre un gros incendie.

Petite inversion de ligne au début du 6° tableau (enfin, j'imagine), avec quelques crossettes rouges explosant au milieu de bombettes or. Beaucoup de gerbes bleues et or ensuite, avec quelques bombes-pétales et de grosses chrysanthèmes au centre.

Et cette première partie se terminera par un tableau "sec", composé d'éventails de comètes et bombes or crépitantes, de très belles bombes kamuro à la fin, et une salve de gerbes or pour conclure. Tout ça avant que la voix-off annonce sa traditionnelle phrase magique : "Mesdames et Messieurs, voici.. votre Grand Feu" ! Une très bonne mise en bouche en tout cas, avant d'attaquer le plat de résistance !

Et voici la vidéo de cette première partie :

Liens vidéo : Youtube - Vimeo

Après une première partie très réussie, le Grand Feu démarre, avec un nouvel embrasement du site au moyen de fontaines, bengales oranges, et lance-décor placés sur des lattes en bois formant des motifs abstraits (je me demandais justement de quoi il s'agissait exactement plus tôt dans la journée). La séquence suivante était composée de gerbes et bombes dans des tons orangés et rouges, tirés une par une, un peu aléaoirement depuis différents points de tir. D'habitude je n'aime pas trop les séquences asymétriques, mais dans le cas présent, j'ai trouvé ça plutôt original, ça mettait chaque fois en valeur une partie différente du site. Et ça se combinait très bien avec la musique qui laissait planer une ambiance un peu mystérieuse. Le tableau s'achèvera par des comètes blanc clignotant avec effet crépitant, très sympas, suivies par deux salves de bombes-cascades, les premières en rouge, les suivantes en or crépitant, très sympas également.

Le plan d'eau central s'illumine sur le deuxième tableau, avec une ligne de bengales oranges de chaque côté, ainsi que des comètes roses tirées en bataille, et accompagnées de de bombes rouge pastel clignotant. Plusieurs rideaux de feu autour et sur la grande cascade feront la transition avec la deuxième partie du tableau, comprenant de nouvelles comètes tirées en bataille cette fois depuis l'avant des bosquets face au public, accompagnées par un flux ininterrompu de mini marrons d'air, et quelques chrysanthèmes à pointe colorée. Des gerbes rouges et comètes sifflantes tirées depuis derrière les arbres, avec différentes sortes de bombes en complément, termineront ce deuxième tableau.

On enchaîne avec le troisième tableau, composé principalement de crossettes roses autour de la grande cascade, des fontaines crépitantes assez originales à l'avant du site, ainsi que des bombes oranges dont les étoiles se dispersaient un peu dans tous les sens. La deuxième partie du tableau se composait de crossettes kamuro, de bengales clignotant disposés à l'arrière des bosquets, ainsi que de très belles chrysanthèmes or clignotant. Tout à la fin on aura droit aussi à deux gros bouquets de gerbes kamuro, l'effet était assez original.

Et on arrive à un grand "classique" du Grand Feu de Saint-Cloud : le tableau simulant un orage, avec les skytracers faisant office d'éclairs, et en complément des bruitages de la bande-son, des dizaines de marrons d'air ! Les déflagrations résonnent longtemps, ça doit probablement s'entendre assez loin. Il y a une belle montée en intensité, avec une dernière salve assez puissante que pour faire trembler la tribune et mon appareil pendant une fraction de seconde ! Un tableau très intense, dont je ne me lasse pas malgré le fait qu'il dure pas moins de deux minutes avec un seul type d'effet !

Le tableau suivant fut assez silencieux, le calme après la tempête ! Plusieurs petites cascades de feu accrochées dans les arbres se mettent en action, avec en arrière-plan des compacts de comètes bleues et petites gerbes argent. Juste après, on aura droit à plusieurs chandelles de comètes aux étoiles bleu électrique, une nuance assez peu commune, et très intense. Elles seront acompagnées de petits jets sur mâts, tournoyant à l'horizontale.

La suite du tableau sera composée d'une multitude d'effets feuilles mortes de différentes couleurs, avec une comète ascendante pour la plupart. Une très jolie séquence, tout en finesse !

Sixième tableau, regagnant en intensité, sur fond d'un bon vieux Equinoxe 5 de Jean-Michel Jarre, qui me rappelle l'époque où j'étais fan (qui et m'a amené vers ma passion pour la pyro, comme c'est le cas pour beaucoup d'artificiers qui ont connu ses méga-concerts des années 80-2000). Un tableau composé d'un grand nombre de comètes rouges et oranges durant la première partie, puis d'un ballet de crossettes argent durant les refrains, ainsi que quelques salves de comètes sifflantes au son assez original, et bien placées sur la musique. Les jeux de skytracers apportaient un côté très dynamique en complément à la pyro.

La fin du tableau se composait de bombes crossettes oranges, pivoines rouge pastel clignotant et éventails de petites crossettes kamuro terminés par une étoile blanc clignotant. L'ensemble était assez "chaotique" d'un point de vue visuel, mais ça donnait assez bien, et c'est encore mieux en photo, où on a l'impression qu'une véritable pluie d'étoiles s'abat sur le site.

On repasse à un tableau plus calme, composé de petites gerbes rouges explosant dans le ciel, suivies par des salves de comètes or tirées en bataille depuis derrière les arbres, et par plusieurs chrysanthèmes argent en arrière plan. Encore un très beau tableau, terminé par une superbe queue de cheval kamuro, très longue, retombant quasiment jusqu'au sol.

Ambiance bleue, comètes roses et bombes feuilles mortes rouges au menu du 8° tableau, sur fond du thème de Thelma & Louise, de Hans Zimmer. Joli, mais peut-être un rien trop long (3 minutes), dans le sens où ça manquait un peu de variations dans les effets, même si ceux-ci étaient tirés successivement depuis différentes zones, et avec des angles différents.

On enchaîne avec un tableau beaucoup moins coloré, dans lequel on retrouve des éventails de crossettes kamuro terminées par une étoile blanc clignotant, déjà utilisées précédemment, et que l'on aura encore à 2 reprises dans la suite du feu. Beaucoup de comètes et bombes à effet crépitant également, dans des tons argent principalement.

On arrive à peu près à la moitié du feu, avec un 10° tableau marqué par un nouvel embrasement du site via des bengales clignotant, complétés par une ambiance violette au travers des skytracers. On aura droit également à quelques rafales de comètes roses en mono-coups, ce qui reste relativement rare en général sur cet événement, on est très loin des feux de Ruggieri, Groupe F ou PyroEmotions (sans que ce soit péjoratif, c'est juste une vision totalement différente au niveau de la conception du feu).

Il y aura encore deux autres rafales de comètes dorées puis roses par la suite, parcourant toute la zone de tir de gauche à droite en passant par la grande cascade, avec un bel effet de profondeur donc. Le premier coup aurait pu faire croire qu'il s'agissait encore une fois de mono-coups, mais c'étaient bel et bien des chandelles cette fois, les coups suivants n'étant pas aussi réguliers.

Sur ce, voici déjà la vidéo de cette première moitié du Grand Feu :

Liens vidéo : Youtube - Vimeo

On avait eu pas mal de "soleils" placés sur mâts lors de la première partie, mais pas encore sur la deuxième. C'est chose faite avec ce 11° tableau. Dommage que l'un d'entre eux soit resté statique, mais je salue tout de même le travail, car ce genre d'effet est relativement rare. Il produit par contre pas mal de fumée, ce qui commence à devenir un peu gênant, car celle-ci était déjà assez présente, même si on est loin de la catastrophe de 2015. Le reste du tableau sera composé d'un grand nombre de comètes, bombettes et bombes dans des tons rouges, se réfléchissant assez fort à travers la fumée.

Plusieurs rafales de mono-coups blanc clignotant au début du 12° tableau, dont je n'ai gardé aucune photo, l'intensité lumineuse étant beaucoup trop forte, notamment à cause de la fumée. On retrouvera ensuite encore une fois les éventails de crossettes kamuro un peu redondantes dont je parlais plus haut, avant de terminer par des pivoines blanc clignotant et comètes or scintillantes tirées derrière les bosquets.

Après Jean-Michel Jarre, retour dans les années 70, avec le célèbre tube "Radioactivity" de Kraftwerk. La mélodie principale est doublée par des mono-coups, à travers lesquels on sent une volonté de vouloir faire de la synchro, mais ça reste assez basique. La synchro n'est pas hyper-parfaite, et il manque un petit grain de folie pour que ce soit réellement intéressant. En complément de ces mono-coups tirés à l'avant du site, on aura également des salves et des rafales de gerbes bleues, tirées derrière les arbres, dont on entendait très bien les départs, mais on avait l'impression que le son venait d'assez loin, c'était assez particulier.

En plus de tous ces mono-coups, on retrouvait également de nombreux petits effets tourbillons, ainsi que des salves de pivoines bleues parées de comètes or, un type de bombe pas vraiment original mais que j'aime assez bien.

Encore de la synchro au début du 14° tableau, cette fois avec des effets tourbillons. L'idée est là, mais c'est relativement lent, ça manque un peu de punch. Outre des salves de bombes-pétales, le reste du tableau se composait d'autres effets tourbillons, ce qui était un peu redondant avec ceux du tableau précédent, même si ceux-ci avaient la particularité de commencer via une comète bleue. Ca aurait toutefois été mieux d'espacer un peu plus ces 2 tableaux je trouve.

Beaucoup de très belles gerbes et cascades or sur le tableau suivant, sur fond d'une version instrumentale du thème de Titanic, mais dont je n'ai gardé qu'une seule photo au final.

La première moitié du tableau suivant n'était pas vraiment intéressante. On y retrouvait quelques éventails argent très lumineux ainsi que des salves de petites pivoines blanc clignotant, et encore une fois ces éventails de comètes kamuro, pour la 4° fois depuis le début du feu (ça commence à faire un peu beaucoup). La deuxième moitié était par contre plus intense, en particulier la fin, grâce à l'ajout de grosses chrysanthèmes et gerbes argent.

17° tableau, divisé en deux parties complètement différentes : une première très calme, comprenant des effets feuilles mortes, et une deuxièe beaucoup plus intense, avec bombettes argent et de nombreuses pivoines orange et jaune clignotant. A l'instar du tableau sur Jean-Michel Jarre un peu plus tôt, on avait encore l'impression qu'une pluie d'étoiles tombait lentement sur le site, l'effet de masse était réussi.

Encore des mono-coups synchronisés sur le tableau suivant, de la même manière que sur "Radioactivity" un peu plus tôt, mais cette fois sur la mélodie de "Smoke on the Water". Avec le même défaut, dans le sens où c'était un peu répétitif et assez basique au final. Le reste du tableau comprenait plusieurs types de bombes, dont certaines assez originales, se dispersant dans des directions aléatoires.

Avant-dernier tableau, sur fond de musique très grandiloquente façon Two Steps From Hell, avec de nombreux effets crépitants, dans des tons or et argent, et une belle montée en intensité.

Point d'orgue de ce Grand Feu : le bouquet final ! Sans musique, et d'une durée d'un peu plus de 6 minutes, comme chaque année. La première partie se composait de gros éventails, bombes et bombettes, successivement en violet, bleu, vert, jaune, orange et rouge, puis dans un panaché de couleurs. Difficile à immortaliser en photo, premièrement à cause d'une petite disymétrie au début avec les éventails violets (qui manquaient à droite), deuxièmement à cause de l' intensité lumineuse, et troisièmement à cause de la fumée, qui devenait de plus en plus épaisse et à cause de laquelle il devenait de plus en plus difficile de voir quelque chose sinon des taches lumineuses. On n'était pas loin de la situation de 2015.

La deuxième partie du bouquet était plus "aérienne", avec des bombes par centaines (voire par milliers ?). Toujours un peu trop long à mon goût, il y a bien une montée en intensité, mais trop lente, à part dans les dernières secondes où elle est un peu plus marquée. La longueur et la quantité très importante de produits n'apport évidemment rien de positif aux conditions de visibilité, que du contraire. Le bouquet se "tue" lui-même en quelque sorte, c'est un peu dommage.

Mis à part l'aspect visibilité, au niveau de l'écriture, ce bouquet était en fait le même que celui de 2015 et 2016. Autant en 2016, c'était compréhensible, au vu des conditions de visibilité déplorables de l'année précédente, mais pour cette année, je trouve dommage d'avoir refait encore le même, alors que ceux des années précédentes (jusque 2015) était chaque fois très différents.

En revanche, la toute fin du bouquet était une fois de plus énormissime, avec plusieurs salves de marrons d'air de plus en plus intenses. J'ai l'impression qu'il y en a de plus en plus chaque année, et cette année la dernière salve était doublée d'explosions sous les arbres également. Je n'ai en tout cas jamais ressenti une telle intensité nulle part ailleurs !

Après de longs applaudissements mérités, le calme revient sur Saint-Cloud. Ce fut en tout cas encore une fois une très bonne soirée, je ne me suis pas ennuyé une seconde ! Mis à part quelques redondances dans les produits, ou quelques petits aspects de la conception que je n'apprécie pas trop, le spectacle était de très bonne qualité dans l'ensemble, et toujours très différent de ce qu'on voit ailleurs. C'est peut-être parfois un peu plus basique dans les produits et la conception par rapport à d'autres "grands" feux, mais ça reste très agréable à regarder, la quantité est là du début à la fin, ça ne tire pas en longueur, et puis le site est vraiment très bien mis en valeur. Cerise sur le gateau : je n'ai pas noté beaucoup d'inversions de lignes ou de "ratés" cette année, ce qui a le mérite d'être souligné sur un feu de cette ampleur !

Sur ce, voici la vidéo de la dernière partie :

Liens vidéo : Youtube - Vimeo