GRASPOP METAL MEETING

Dessel - Du 22 au 24/06/2018

> Concerts
> Photos people

Alternant avec le Hellfest en 2017, retour au Graspop cette année, la grand'messe annuelle du métal en Belgique ! Avec une première journée très chargée en concerts, qui a commencé assez tôt avec Galactic Empire, un groupe reprenant exclusivement des morceaux issues des BO de Star Wars, en version métal, et en costumes sur scène bien évidemment ! Etant fan de BO de films, je ne voulais absolument pas manquer ça ! Au final, mis à part les 2-3 thèmes les plus connus, le reste était forcément moins accrocheur, mais c'est bien fait.

Avatar pour suivre, une des bonnes découvertes de 2017 au Hellfest, avec toujours autant de charisme sur scène, ils ont tout pour devenir une bonne tête d'affiche !

Et un gros festival ne serait pas réussi s'il n'y avait pas au moins un ou deux groupes dont je n'ai pas vraiment de souvenirs, l'apéro du matin ayant bien fait son travail ! En l'occurrence cette année il s'agissait de Carach Angren et de In This Moment, que j'avais pourtant vraiment envie de voir... Tant pis, ce sera pour une prochaine fois !

L'apéro a commencé doucement à se dissiper un peu plus tard dans l'après-midi, j'ai tout de même quelques souvenirs de Septic Flesh et Vader, mais surtout de Ayreon, la tête d'affiche de la Marquee, et LE groupe le plus attendu de ce Graspop pour moi ! Entre Iron Maiden qu'on peut voir tous les 2 ans et Ayreon qui ne fait jamais de concert, le choix était très facile ! C'était d'ailleurs très improbable de pouvoir vivre ça dans un festival comme le Graspop, c'est le genre de concert ultra-exclusif qui ne se reproduira sans doute pas de sitôt, voire jamais. Pas moins de 20 musiciens et chanteurs/chanteuses sur scène, une setlist évidemment beaucoup plus courte que lors du premier concert-événement à Tilburg en 2017, trop courte bien sûr, mais c'était jouissif, d'autant plus qu'on s'était mis devant afin d'être bien dans l'ambiance.

We have found the seven star
Down in the catacombs
When the seven points align
They will lead us all back home

Samedi, deuxième jour, avec pour commencer la journée Batushka, un groupe mélangeant black métal et chants grégoriens, assez original. Arch Enemy et Kreator un peu plus tard dans l'après-midi, vus de loin depuis le stand Proximus (notre QG, comme chaque année !), avant d'enchaîner avec Sons of Appolo, un des "super-groupe" de Mike Portnoy, avec Derek Sherinian, Ron Thal et Billy Sheehan. Impossible de louper ça évidemment, vu la présence de Mike, je n'avais pas encore écouté l'album avant, mais je dois dire que le concert ne m'a pas spécialement laissé un souvenir impérissable. C'était sympa, mais sans plus. Je leur donnerai une seconde chance en automne au Spirit, dans une salle beaucoup plus intimiste, et dans un autre état d'esprit, on verra ce que ça donne !

Et cette deuxième journée se terminera avec Megadeth puis Volbeat, dont j'ai regardé le concert en intégralité, juste pour confirmer le fait que je trouve que ce groupe ne casse pas 3 pattes à un canard !

La journée du dimanche commencera avec Eisbrecher, du bon métal industriel allemand bien lourd et bien carré, assez entraînant. Impossible de ne pas faire le parallèle avec Rammstein évidemment, car même si le show n'est pas aussi spectaculaire, musicalement c'est quand même très proche.

Un peu de métal-prog ensuite avec The Contorsionist, mélangeant ambiances planantes, passages plus techniques voire parfois carrément death. Pas sûr que j'écouterais ça chez moi mais très bonne découverte en live en tout cas.

Retour sur la plaine en début de soirée, pour Hollywood Vampires, avec Alice Cooper et ... Johnny Depp ! Bon, ça a beau être le pirate des Carraibes le plus connu, sa présence en tant que guitariste et chanteur n'apporte rien, si ce n'est de pouvoir dire "ouais, j'ai vu Johnny Depp en vrai, il jouait dans un groupe de hard-rock"... D'autant plus qu'il ne s'agit jamais que d'un groupe de reprises. J'aurais largement préféré voir Alice Cooper jouer sous son propre nom.

Changement radical de style ensuite avec Perturbator, que j'avais découvert en clôture du Hellfest en 2017, et qui m'avait laissé un très bon souvenir, ce qui sera encore le cas cette année ! Un véritable ovni dans la programmation, dans le sens où ce n'est pas du métal mais de l'électro pur et dur. Petite différence avec l'année précédente : la présence d'un batteur/percusionniste, en plus du DJ. Les ambiances planantes alternent avec les mélodies plus "industrielles", parfois carrément techno, le tout avec incontestablement le meilleur light show du week-end, qui me conforte dans l'idée qu'il faudrait vraiment que j'aille à Tomorrowland au moins une fois dans ma vie, juste pour voir.

Une petite vidéo trouvée sur le net pour illustrer mes propos :

Et après un petit interlude d'Ozzy Osbourne (qui chantait un peu mieux que d'habitude cela dit en passant), je terminerai avec The Bloody Betroots Live, un autre groupe encore très électro, mais avec une touche un peu plus métal tout de même. Très entraînant aussi pour terminer le fest, on se serait cru à une after-party dans une boîte de nuit !

> Concerts
> Photos people